26.02.2019

Murets en pierre sèche : symbole de la viticulture héroïque et patrimoine de l'humanité

Deuxième pratique rurale reconnue par l’Unesco après la culture de la vigne en gobelet de l’île de Pantelleria,

Les murets en pierre sèche: symbole de la viticulture héroïque et patrimoine de l'humanité. Roberto Gaudio, Président du Cervim, affirme : « Les vignerons extrêmes sont les gardiens du paysage. »

Les territoires identifiés par l'Unesco pour les murets en pierre sèche (Chypre, la Croatie, la  France, la Grèce, l’Italie, la Slovénie, l’Espagne et la Suisse) sont des zones propices à la viticulture héroïque.

« La reconnaissance par l'Unesco de la pratique rurale de la construction de murets en pierre sèche, inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, représente un témoin de taille pour la viticulture héroïque dans l'ensemble de la région méditerranéenne ainsi que pour les zones en forte pente. En outre, elle rend hommage et valorise le travail des viticulteurs héroïques. » Une déclaration du Président du Cervim, Roberto Gaudio, qui souligne à quel point l'art de la construction des murets en pierre sèche – propre à Chypre, à la Croatie, à la France, à la Grèce, à l'Italie, à la Slovénie, à l'Espagne et à la Suisse – retrace la géographie de la viticulture héroïque, évidemment encore plus vaste.

Après la pratique traditionnelle de la culture de la vigne en gobelet de Pantelleria, c'est la deuxième fois, rappelle le Cervim, qu’une telle reconnaissance est attribuée à une pratique agricole et rurale. Sans oublier que l'île sicilienne représente un territoire clé dans les vins extrêmes de grande qualité.

« Les murets en pierre sèche, gardiens du territoire et du paysage, sont partie intégrante de l'environnement de la viticulture héroïque. En outre, la "non-transférabilité" de ces paysages, ajoute M. Gaudio, ainsi que leur caractère unique, leur confère une valeur à la fois culturelle, identitaire, économique et touristique. Grâce notamment au travail accompli ces dernières années par le Cervim, la valeur de ces paysages a pu être reconnue. Les vignerons héroïques qui, siècles après siècles, ont déployé des efforts remarquables et ont réussi à façonner des terrains ardus et difficiles, ont permis à ces paysages "non-reproductibles" de se voir attribuer une place au sein du patrimoine de l'humanité. »

Autres territoires liés à la viticulture héroïque inscrits sur les listes du patrimoine de l’Unesco : le Parc National des Cinque Terre depuis 1997 et la région de Wachau en Autriche depuis 2000 pour leurs vignobles; en 2001, la région du Douro au Portugal a été reconnue pour la première fois en tant que paysage viticole, suivie par l’île de Pico aux îles Açores en 2004, par la région de Lavaux en Suisse en 2007 et enfin par Langhe, Roero et Montferrat en 2014. La même année, la culture de la vigne en gobelet de l’île de Pantelleria, premier élément culturel du monde à caractère agricole reconnu par l’Unesco, est également venue s’ajouter à la liste.