"Vi.A" - La Route des Vignobles Alpins

 

Route des vignobles Alpins

Acronyme du projet: Vi.A

 Le projet est le fruit d'une réflexion sur les potentialités offertes par le développement de l’oenotourisme dans les Alpes franco-italienne.

Connue dans le monde entier pour son patrimoine naturel, ses paysages grandioses (montagnes, lacs…), sa biodiversité, ses stations de sport d'hiver et thermales, la Région alpine est une destination touristique incontournable en Europe qui accueille chaque année des millions de touristes.

Riches d'une histoire séculaire commune et d’expériences positives de coopération européenne, les territoires de la Ville Métropolitaine de Turin (ancienne Province de Turin), de la Région Vallée d’Aoste et des Pays de Savoie (Départements de Savoie et de Haute-Savoie) souhaitent consolider leur coopération autour de la préservation et de la mise en valeur de leurs vignobles et de leurs paysages viticoles, constituant à la fois un patrimoine historique, naturel et une richesse touristique.

Le projet

Parce que les territoires savoyards, hauts-savoyards, valdotains et piémontais interagissent de longue date et dans le prolongement du projet VINALP, le projet Vi.A s’inscrit en continuité dans cette lignée en approfondissement et en exploration de nouvelles perspectives, notamment celle de développer   l’oenotourisme sur le territoire ALCOTRA.

L’idée majeure qui fonde ce projet transfrontalier est de construire avec tous les acteurs concernés une destination oenotouristique dans les Alpes du nord franco-italiennes qui tire sa force de la préservation et de la valorisation du patrimoine naturel et culturel vini-viticole.

Le projet propose la réalisation et la mise en tourisme d’une nouvelle destination oenotouristique fondée sur un itinéraire de découverte transfrontalier conçu comme une “Route transfrontalière”, invitant à la balade gourmande et à la découverte des vignobles et des points d'intérêt touristique, paysager, culturel/historique qui caractérisent les territoires vitivinicoles alpins (caves, musées, oenothèques, points panoramiques, centres de documentations, résidences savoyardes, châteaux, restaurants, hébergements) dans les régions partenaires, assortie d’une logique de programmation transfrontalière.

La nouveauté par rapport à d’autres itinéraires de connexion transfrontaliers est que cette “Route” sera aussi un levier permettant de structurer une filière, en l'occurrence l’oenotourisme, par la mise en place d’un partenariat ad hoc rassemblant acteurs de la vigne, du tourisme et habitants. En effet, l’appropriation par les habitants de la démarche de construction de la destination touristique constitue, par son aspect novateur, un point central de la philosophie du projet et en garantit la durabilité.

Il s’agira ainsi de s’appuyer sur la valorisation touristique des paysages viticoles pour, à la fois :

· affirmer le paysage de vignobles comme un marqueur fort pour les territoires et habitants concernés, facteur différenciant pour la définition d’une destination touristique, une “signature”;

· lutter contre la pression foncière qui tend à détruire les espaces agricoles et les emplois liés;

· créer une offre touristique génératrice d’activité économique et d’emploi, dans une logique de “cluster” reliant vertueusement les entreprises et acteurs d’un même territoire et par une approche “pluriprofit” pour une valeur ajoutée optimisée sur les territoires.

 Objectif général du projet Vi.A

Le projet se propose d’améliorer la protection et la valorisation du patrimoine naturel, culturel et paysager du territoire, et en conséquence, d’augmenter l’attractivité et le bénéfice durable pour les visiteurs comme les habitants.

Dans cette perspective, le projet vise ainsi à :

• Promouvoir l’utilisation intégrée de l'offre culturelle, environnementale et touristique au niveau du territoire transfrontalier par le biais du tourisme oenologique ;

• Accroître les compétences et renforcer les synergies entre les opérateurs actifs de la conservation,   l’interprétation, la gestion et la promotion touristique du patrimoine naturel/paysager et culturel;

• Diversifier et expérimenter de nouvelles modalités organisationnelles et de nouveaux produits touristiques innovants visant à améliorer l’utilisation et le développement du territoire y compris en utilisant les NTIC.

L’indicateur de résultat du programme choisi est le taux de satisfaction des touristes et des différentes parties prenantes du projet.

 Résultats attendus à horizon après le projet

·         - La diffusion d’une démarche de gestion paysagère à faible impact environnemental pour la preservation des vignobles de montagne avec une possibilité d'engager des démarches de labellisation des paysages;

Une structuration consolidée des prestations touristiques en terme de diversification et de qualité de l’offre;

·         - Une notoriété augmentée avec en corollaire une augmentation des flux touristiques sur le segments de l’oenotourisme. renforcement de l’attractivité des territoires.

 Partenaires du Piémont

1) Città Metropolitana Torino (chef de file): La Città Metropolitana di Torino maintient sa compétence de développement touristique et sa mission de promotion du développement économique et social avec une approche locale intégrée, avec une attention aux petites entreprises et aux acteurs du territoire. Dans ce cadre le projet, qui se connecte au travail mené depuis toujours sur le tourisme  oenologique/oenogastronomique et culturel, représente une opportunité exceptionnelle et une grande occasion de partenariat.

 2) Comune di Pomaretto : L’administration communale croit fermement dans la récupération et la valorisation de la fonction du tourisme en plus de la production du vin "Ramìe" en s’engageant dans les activités de récupération des terres et la restauration du vignoble. Les caractéristiques du territoire formé d’ innombrables terrasses en pierre sèche et placées en pente très raide ont une grande valeur pour le paysage. La commune réalise une visite thématique. L'objectif global est d'amener les jeunes à un engagement vers le développement de leur territoire qui pourrait devenir une opportunité d’emploi qui garantisse un revenu supplémentaire.  
L'administration est convaincue que l'échange avec des partenaires d'autres régions et avec une législation   différente permet d'élargir leurs connaissances et recueillir des suggestions pour l'avenir.

 3) Comune di Carema : Dans le cadre du Plan stratégique pour le développement et la promotion des communes Canavaisannes, Carema travaille pour mettre en oeuvre des mesures visant à valoriser les paysages agricoles historiques, en conservant particularités et spécificités, et en favorisant la récupération de parties abandonnés de la culture de la vigne en terrasses.

 Partenaires de la Savoie

1) Conseil Savoie Mont Blanc: Le projet permettra la professionnalisation des acteurs de la filière vini-viticole vis-à-vis du tourisme et de ses nouvelles tendances (adaptation de leur métier qui passe par la diversification, le développement de l’agri-tourisme et de l’oenotourisme…). Le projet permettra également aux acteurs du tourisme de mieux connaître et de mieux communiquer sur ce terroir emblématique et ainsi le développement d’un dialogue stratégique et constructif entre les acteurs de ces deux secteurs.

 2) Savoie Mont Blanc Tourisme (SMBT) : avec ce projet, SMBT entend accroître la sensibilisation et l’expertise touristique et oenotoutistique des territoires et des acteurs du tourisme de Savoie Mont Blanc.Le projet permettra aussi de mener des actions visant à renforcer globalement l’attractivité et la notoriété du territoire grâce au développement de démarches partagées sinon communes à l’échelle transfrontalière (nouvelles approches marketing, outils de communication communs …)

3) Communauté de Communes Coeur de Savoie (CCCS) : Avec ce projet, ce territoire labellisé Vignobles & Découvertes depuis 2011 entend asseoir sa notoriété comme destination oenotouristique et mettre en valeur son patrimoine naturel et culturel. Il constitue un des territoires d’action du projet. Il travaille depuis plusieurs années au développement et à la qualification de son offre oenotouristique : création du Chemin des vignes (30 km d’itinéraires pédestres), création de 5 boucles thématiques sur le thème du vin, développement d'événementiels sur la thématique du vin (Fascinant week-end). Parallèlement, au développement de l’offre, la communauté de communes Coeur de Savoie travaille à la promotion de sa destination en partenariat avec les Parcs naturels régionaux du massif des Bauges, de la Chartreuse et aussi Savoie Mont Blanc. Enfin, la Communauté de communes mène une politique volontaire sur la préservation des paysages et des espaces naturels protégés : réfection de murets, protection des pelouses sèches etc.

 4) Grand Lac Communauté d’Aglomeration:  avec ce projet, ces territoires entendent asseoir leur notoriété comme destination oenotouristique et mettre en valeur leur patrimoine naturel et culture à travers notamment des démarches d’itinéraires “oenologiques”. Ces 4 communautés de communes sont unies dans une démarche unique et constituent un des territoires d’action du projet.

Partenaires de la Vallée d’ Aoste

1) RAVA-DARNCF Région Autonome de la Vallée d’Aoste - Département de l’agriculture, des ressources   naturelles et du corps forestier - Administration publique Régionale: le projet est une opportunité et répond pleinement aux nécessités des activités institutionnelles du département et entre autres, celle de:

· Augmenter l’attractivité du secteur viti vinicole par sa valorisation et promotion;

· Favoriser les synergies locales des différents acteurs des filières agricole et touristique.

La RAVA-DARNCF entend collaborer en délégation avec les communes pour effectuer les travaux de valorisation des sites viticoles. En tant que collectivités territoriales, elles sont à même d'être le trait d’union entre ses habitants et représentants locaux du secteur viticole et la Région en ce qui concerne les dynamiques locales de valorisation du territoire au travers des projets européens. Les sites de Morgex et Donnas n’ont pas été choisis au hasard puisqu’il représentent les vignobles d’entrée/sortie de l’itinéraire à valoriser grâce au présent projet, que les vignobles en question touchent à des cépages autochtones et à des méthodes de culture particulières (murets pergolas et treilles), et sont donc une belle représentation de la typicité et des paysages. Aymavilles, en plus d'être la commune avec la plus grandes surfaces de vignes de toute la vallée d’Aoste, par sa situation géographique centrale et son site monumental particulier du Château est destinée à devenir dans un futur de moyen terme, le pôle de l’oenotourisme en la Vallée d’Aoste.

C’est donc naturellement que les communes en question sont impliquées dans ce projet qui représente une opportunité concrète de synergies pour la valorisation et promotion de leur territoires respectifs.

2) I.A.R.Institut Agricole Régional: le IAR a des motivations et intérêts de premier ordre dans le projet car ce dernier a une forte cohérence avec les axes privilégiés des thèmes du secteur recherche et expérimentation de l’institut. De plus coopérer à cette initiative, pour I’AR c’est élargir le bassin de partenaires intéressés par le développement dans le territoire alpin, en tissant des liens et réseaux entre agriculture et tourisme. Une autre retombée du projet sera l'inclusion des sujets abordés dans le programme didactique que l'école va proposer à ses étudiants.

3) CERVIM: Centre de recherches, d’études et de valorisation pour la viticulture de montagne - Le CERVIM a des motivations et intérêts de premier ordre dans le projet car ce dernier a une forte cohérence avec les thèmes d’intervention et d’activités du Centre. En effet, la participation à des projets de coopération permet, en général, d’augmenter le niveau de compétences et de connaissance au travers des échanges entre les partenaires. Plus précisément, sur ce projet, le Cervim se voit reconnu, à un niveau interrégional et transfrontalier, un rôle de référent en soutien à la viticulture de montagne, structurellement difficile, non seulement pour les organismes impliqués à différent titres dans le projet, mais aussi pour tous les acteurs. De plus, les expériences qui découleront de ce projet, tels que les modèles d'exploitation, pourront être proposés comme bonne pratiques à d'autres réalités de la viticulture de montagne associées au Cervim ou qui s’identifient avec les objectifs du Centre.